OGM et cancer : l'étude choc sur le maïs de Monsanto republiée

Qui suis-je
Elia Tabuenca García
@eliatabuencagarcia
Auteur et références

Les recherches menées par les scientifiques français sur la toxicité des OGM pourront-elles effrayer les multinationales des biotechnologies ? L'étude française controversée menée sous la direction de Séralini a été republiée. À la base, nous trouvons le lien possible entre le maïs GM, l'exposition aux herbicides et le risque de cancer.



Ne stockez pas l'avocat comme ça : c'est dangereux

Des recherches menées par des scientifiques français sur la toxicité des GM ils réussiront à intimider multinationales biotechnologies? La polémique Étude française réalisé sous la direction de Séralini était republié. À la base, nous trouvons le lien possible entre le maïs GM, l'exposition aux herbicides et le risque de cancer.



L'étude de Séralini a été retirée en décembre 2013 par la même revue scientifique qui l'avait initialement publiée : Food and Chemical Toxicology. Mais les scientifiques français sont revenus à l'attaque et ont décidé de republier leurs travaux en ligne. L'étude paraît maintenant dans la revue Sciences de l'environnement en Europe du groupe allemand Springer.

Les chercheurs français nier les allégations qui les ont submergés au cours des deux dernières années e les données collectées sont désormais dans le domaine public, afin que d'autres puissent les examiner. Selon eux, il s'agissait d'un véritable épisode de censure, qui ne fait que saper la valeur et la crédibilité de la science sur un sujet aussi sensible et risqué que le lien entre technologie et sécurité alimentaire.

Quand l'étude choque il a été publié pour la première fois, en septembre 2012, il a donné naissance à une débat houleux sur les OGM. Ses auteurs, menés par Gilles-Eric-Seralini, professeur à l'Université de Caen en Normandie, soutiennent que les rats exposés à Maïs OGM Monsanto NK603 et tous les "Rassemblement des erbicides, à base de glyphosate, ils ont développé tumeurs aux glandes mammaires et aux maladies du foie et des reins.

Dès 2012, d'autres scientifiques avaient fait valoir que l'étude était erronée et que leur opinion ne changerait pas avec sa republication. Le maïs Monsanto NK603 a été conçu pour être immunisé contre l'herbicide Roundup afin de permettre aux agriculteurs de se débarrasser des mauvaises herbes appliquer ce produit sans endommager les cultures.

Selon les chercheurs français, l'herbicide Roundup et les OGM qui lui résistent doivent être considérés comme des dieux interférences hormonales. De plus, selon eux, les évaluations scientifiques actuelles concernant les OGM et la santé font cruellement défaut.



La nouvelle publication de l'étude permet que la science peut revendiquer ses droits face aux pressions des multinationales du secteur, qui cherchent à réprimer les opinions contre les OGM. Pour défendre leur étude, les scientifiques français ont affirmé qu'il s'agissait de la première à être menée sur des rongeurs de laboratoire pendant une durée de 2 ans, au lieu des 90 jours habituels. Or, l'objectif des scientifiques était précisément d'évaluer la toxicité à long terme du Roundup et du maïs GM.

Ils ont également souligné que l'étude était conçue pour tester la Toxicité du maïs GM et herbicide Roundupplutôt que d'identifier les causes du cancer. Les critiques de la recherche soutiennent que le nombre de rats testés était trop petit et que leur alimentation a été modifiée par rapport à l'apport alimentaire naturel.

De plus, ils auraient été utilisés rats très enclins à développer des tumeurs, surtout dans la vieillesse. Séralini avait précédemment répondu à cette critique en soulignant qu'il avait choisi sa propre le même type de rats choisi par Monsanto / tester et garantir la sécurité de ses produits OGM.

Malgré cela, les critiques persistent et pointent surtout le fait que la republication de l'étude dans une revue open source ne confirmerait pas sa validité scientifique. Il s'agit d'un sujet très sensible et des recherches supplémentaires seront certainement nécessaires pour identifier d'éventuelles effets négatifs des OGM sur la santé, mais l'étude de Séralini mérite toujours d'être reconsidérée et, le cas échéant, contestée non seulement en mots, mais avec de nouvelles preuves scientifiques.



Demande de renseignements ici lo studio "Toxicité à long terme d'un herbicide Roundup et d'un maïs génétiquement modifié tolérant le Roundup".

Marta Albè

Source photo : truealliance.net

Lire aussi:

OGM : une étude française démontre sa toxicité
Le pesticide Roundup de Monsanto provoque également des mutations génétiques chez les têtards
OGM : l'étude de choc sur la toxicité du maïs de Monsanto retirée

ajouter un commentaire de OGM et cancer : l'étude choc sur le maïs de Monsanto republiée
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.