De l'eau polluée pour les peuples autochtones du Canada : de l'eau brune jaillit des robinets

Qui suis-je
Elia Tabuenca García
@eliatabuencagarcia
Auteur et références

Le gouvernement doit verser une indemnité millionnaire, une condamnation historique établit après deux ans d'affrontements judiciaires

Dans un monde idéal, le problème d'approvisionnement en eau potable dans certaines régions du Canada devrait être inexistant : on parle d'un territoire caractérisé par plus de 31 mille lacs d'une superficie de plus de 3 km², l'un des pays avec la plus grande disponibilité en eau au monde par rapport aux habitants.





Pourtant, le problème existe, en particulier pour les tribus des Premières Nations, malgré les promesses des différents gouvernements qui se sont succédé depuis les années 80. Certaines des restrictions imposées, selon les données rapportées sur le site Web du gouvernement, remontent à 2003 et au fil du temps ont touché les régions de l'Alberta, du Manitoba, de l'Ontario, de la Saskatchewan et du Québec, en particulier les régions les plus éloignées où les autochtones sont installés et où les infrastructures adéquates. Des tribus entières ont été forcées pendant des années faire bouillir l'eau avant de l'utiliser, également en raison des fortes traces d'uranium. Cela n'a pas empêché la possibilité de contracter des infections intestinales, des infections cutanées, une pneumonie.

En 2015, le premier ministre Justin Troudeau aborde la question alors qu'il fait campagne pour son élection et promet de régler la situation d'ici mars 2021. Un document publié par l'Office de vérification générale du Canada en février 2021 confirme l'échec de ces prédictions : « l'eau potable est vitale pour la santé de tous, y compris les quelque 330.000 600 personnes qui vivent dans plus de 10 communautés des Premières Nations », mais malgré les efforts économiques enregistrés, le soutien et l'assistance dont les communautés des Premières Nations ont besoin. Les avertissements de danger d'eau le sont restés pendant plus de XNUMX ans.

Le rapport souligne ensuite deux autres points fondamentaux : il n'existe toujours pas de cadre législatif clair pour gérer et réglementer la situation ; seule une collaboration entre Services aux Autochtones Canada et les populations concernées peut simplifier l'adoption de solutions durables. L'exécutif a ouvertement admis l'impossibilité d'atteindre les objectifs fixés.

Les communautés concernées ont toutefois décidé d'agir : en 2019, deux recours collectifs ont été initiés, atteignant à la fois la Cour fédérale du Canada et la Cour du Banc de la Reine du Manitoba. En décembre 2021, un accord commun a été trouvé pour les deux actions : une compensation du gouvernement de plus de 5 millions d'euros en faveur des populations concernées, la garantie de la construction des infrastructures nécessaires, la modernisation de la législation sectorielle.



La persistance de la situation a fait émerger de jeunes militants qui, grâce aussi au réseau, dénoncent la lenteur et la fatigue de ceux qui voudraient juste pouvoir boire un verre d'eau chez eux. La vidéo partagée par la militante de l'eau Autumn Peltier, également adressée au premier ministre canadien, fait comprendre la situation en plus de mille mots : de l'eau brune jaillit du robinet de la cuisine et il est donc impossible même de cuisiner ou de se laver.

Voir ce post sur Instagram

Une publication partagée par Slapppps (@theslapppps)

L'une des conséquences commerciales de cette situation est la diffusion croissante de l'eau en bouteille. Si ce choix est presque une obligation pour des communautés comme celle des Neskantagas, qui « vivent » ainsi depuis 1995, on ne peut pas en dire autant du reste de la population. Comme le rapporte l'observatoire indépendant Water Grabbing, l'eau de la région de l'Ontario, qui devrait être utilisée par les Premières Nations, est plutôt collectée par des individus œuvrant dans le secteur comme Nestlé. Un phénomène qui s'amplifie progressivement.

Suivez votre télégramme Instagram Facebook TikTok. Youtube

Sources : Gouvernement canadien ; Bureau de vérification générale du Canada ; Accaparement de l'eau

Ils pourraient également être intéressés par:

  • Victoire pour les autochtones au Canada! Super compensation accordée pour les enfants volés aux familles ;
  • Le Canada inaugurera le premier sanctuaire au monde pour les baleines et les dauphins sauvés des parcs aquatiques;
  • "N'achetez pas de l'étranger", selon les autorités chinoises Omicron est arrivé dans un colis du Canada
ajouter un commentaire de De l'eau polluée pour les peuples autochtones du Canada : de l'eau brune jaillit des robinets
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.