VIH, un autre patient guéri grâce à une greffe de cellules souches

    VIH, un autre patient guéri grâce à une greffe de cellules souches

    VIH : le cap de la rémission du virus depuis plus d'un an est franchi pour la deuxième fois dans l'histoire de l'épidémie.

    Ne stockez pas l'avocat comme ça : c'est dangereux

    Séropositif et atteint d'un cancer du sang, il subit une greffe de moelle osseuse recevant des cellules souches et est guéri du virus VIH. C'est l'histoire de celui qui a défrayé la chronique en tant que "patient londonien" qui, grâce à un donneur porteur d'une mutation génétique rare, a réussi à vaincre un récepteur du virus et à se rétablir.





    C'est la deuxième fois depuis que l'épidémie de VIH a tué plus de 80 millions de personnes depuis le début des années 35. Le premier cas de guérison remonte à 12 ans, celui de Timothy Brown, le "patient berlinois", et aujourd'hui l'objectif de rémission du virus depuis plus d'un an est à nouveau atteint chez cet homme séropositif atteint d'un cancer traité à Londres, qui a pu arrêter les traitements antirétroviraux sans que le virus ne revienne.

    Le mérite revient à certains chercheurs de l'Imperial College de Londres, qui ont collaboré avec les universités de Cambridge et d'Oxford.

    Les deux patients ont reçu des cellules souches d'un donneur avec un mutation génétique rare du gène CCR5, qui bloque l'expression d'un récepteur du VIH (la protéine CCR5). Chez le patient londonien, dont le diagnostic d'infection au VIH remonte à 2003, le virus est en rémission depuis 18 mois, après l'arrêt des thérapies antirétrovirales. En 2012, l'homme a reçu un diagnostic de lymphome de Hodgkin, un type de cancer qui affecte le système lymphatique, ou les tissus qui défendent le corps contre les agents externes et les maladies. Pour cette raison, en plus de la chimiothérapie, le patient a reçu en 2016 une greffe de cellules souches de moelle osseuse dites "hématopoïétiques" (qui donnent naissance à toutes les cellules sanguines) d'un donneur possédant deux copies du variant génétique CCR5 Δ32.

    La protéine CCR5 est le récepteur le plus connu du virus VIH-1 (plus répandu que le VIH-2) : les personnes possédant deux copies mutées de l'allèle CCR5 ("allèle" désigne les états alternatifs d'un gène pouvant occuper la même position sur chromosomes homologues et qui contrôlent des variations de même caractère) sont résistants au virus VIH-1 et ne peuvent donc pas contracter l'infection. La greffe a donc eu un double effet positif : contre le cancer et contre le VIH.



    La procédure elle-même ne peut jamais être proposée comme un remède permanent contre l'infection par le VIH, soulignent les chercheurs, car les greffes de cellules souches comportent des risques. Les personnes vivant avec le VIH peuvent toujours rester en forme et bien mener une vie normale en prenant une pilule quotidienne, mais l'annonce, selon Anton Pozniak, président de l'International Aids Society, "marque un moment critique dans la recherche d'un remède".

    "Bien qu'il ne s'agisse pas d'une stratégie viable à grande échelle pour un remède, ces nouvelles découvertes réaffirment notre conviction qu'il existe des preuves que le VIH est guérissable", a-t-il déclaré.

    L'étude a été présentée à la conférence sur les rétrovirus et les infections opportunistes, à Seattle, aux États-Unis, et a été publiée dans la revue Nature.

    Lire aussi:

    • SIDA : la plante sarde qui empêche le virus VIH de se répliquer
    • Journée mondiale de lutte contre le sida : 10 choses que vous ne savez (peut-être) pas #WorldAIDSDay
    • Journée mondiale de lutte contre le sida : comment savoir si vous avez le virus du VIH
    • Journée mondiale de lutte contre le sida 2016 : ne baissez pas la garde

    Germaine Carillo



    ajouter un commentaire de VIH, un autre patient guéri grâce à une greffe de cellules souches
    Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.

    End of content

    No more pages to load