Right2Water : Non à la privatisation de l'eau, l'Europe à l'écoute des citoyens

Qui suis-je
Carlos Laforet Coll
@carloslaforetcoll
Auteur et références

L'eau est un bien commun, un droit pour tous. Les organisateurs de la campagne Right2Water ont demandé instamment à la Commission européenne de garantir l'accès à l'eau en tant que véritable droit humain et d'interdire la libéralisation des services d'eau en Europe. C'est le débat promotionnel ouvert à l'opinion des citoyens européens qui se tient au Parlement. Enfin, les citoyens de l'UE peuvent faire entendre leur voix.



Il est sur le point de finir écrasé, sa mère le sauve

L'eau est une bien communune droit pour tout le monde. Les organisateurs de la campagne Right2Water ont demandé instamment à la Commission européenne de garantir l'accès à l'eau en tant que véritable droit humain et d'interdire la libéralisation des services d'eau en Europe. C'est le premier débat public à l'avis des citoyens européens tenu au Parlement. Enfin, les citoyens de l'UE peuvent faire entendre leur voix.



L'audience a eu lieu hier, lundi 17 février 2014, et s'inscrit dans le cadre du projet Initiative citoyenne européenne (ICE), dédiée aux initiatives citoyennes européennes. Les députés se sont prononcés en faveur du point de vue des citoyens, soulignant que l'accès à l'eau est un droit fondamental. Selon certains, cependant, les règles relatives à l'approvisionnement en eau potable devraient rester de la responsabilité des États.

Le groupe Right2Water a presque récolté 2 million de signatures par le biais d'une pétition créée pour demander à la Commission européenne de présenter une loi valable pour assurer un accès universel à l'eau potable dans toute l'Union européenne, avec la possibilité de présenter leurs demandes lors de la première audition publique de l'initiative citoyenne européenne. L'ICE a été introduite par le traité de Lisbonne pour donner aux citoyens européens la possibilité de contribuer à l'agenda international. Les initiatives proposées doivent recueillir au moins 1 million de signatures et obtenir l'approbation d'au moins 7 des 28 États membres, dans un délai de 12 mois à compter de la date d'enregistrement. La collection signature lancée il y a un an récolte les premiers succès e les représentants des citoyens ont enfin obtenu une audience européenne.

La réunion était organisée par Commissariat à l'environnement et a vu la participation de représentants du comité citoyen Right2Water, de députés européens et de la Commission européenne, qui préparera un réponse écrit à ce sujet d'ici le 20 mars prochain.

Le Parlement a reconnu que l'eau est une ressource partagée pour l'humanité et un bien public dont l'accès devrait être un droit fondamental et universel. Mais il faut faire plus et impliquer toutes les parties concernées pour protéger les ressources en eau et garantir le droit de tous les citoyens à l'eau potable. comme l'a déclaré Matthias Groote, président de la Commission Environnement.



Selon le comité Right2Water, l'approvisionnement et l'accès à l'eau potable sont sservices publics essentiels pour tous. Il est également important que les citoyens paient des sommes raisonnables en fonction des services effectivement reçus. Avec l'assemblée qui a vu la participation de représentants des citoyens européens, l'UE change sa façon d'écouter la société et il le fait en réfléchissant à la meilleure façon de légiférer sur une question cruciale comme l'accès à l'eau. De l'avis des citoyens, l'eau est un droit humain et sa gestion doit rester publique.

Selon les représentants des citoyens, l'UE devrait s'engager à interdire la libéralisation des services d'eau. L'espoir est que la Commission européenne puisse vraiment respecter et prendre en compte l'avis exprimé par l'ICE. Les citoyens continueront de s'opposer à toute tentative de privatisation qui pourrait avoir lieu dans les coulisses. En fait, il est bien clair que chemin vers une réelle reconnaissance de l'accès à l'eau comme un droit humain universel ce sera encore très long. On espère que le nouvel outil de démocratie participative qui voit que l'implication des citoyens peut fonctionner, de manière à pouvoir ouvrir une canal de communication directe avec les institutions européennes sur les décisions à venir.



Marta Albè

Lire aussi:

Privatisation de l'eau : une collecte de signatures à travers l'Europe pour l'arrêter

ajouter un commentaire de Right2Water : Non à la privatisation de l'eau, l'Europe à l'écoute des citoyens
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.