Haribo : les fameux oursons gommeux seraient produits par des ouvriers asservis

Qui suis-je
Carlos Laforet Coll
@carloslaforetcoll
Auteur et références

Des histoires d'esclavage et d'exploitation, voilà ce qui se cacherait derrière les fameux oursons gommeux de la célèbre marque Haribo, commercialisés dans le monde entier. Des travailleurs sous-payés laissés sans eau pour dormir dehors. L'allégation contre la société a été prononcée après la diffusion d'un documentaire allemand.

Ne stockez pas l'avocat comme ça : c'est dangereux

Des histoires d'esclavage et d'exploitation, voilà ce qui se cacherait derrière les fameux oursons gommeux de la célèbre marque Haribo, commercialisés dans le monde entier. Des travailleurs sous-payés laissés sans eau pour dormir dehors. L'allégation contre la société a été prononcée après la diffusion d'un documentaire allemand.





Levez la main si vous n'avez pas goûté au moins une fois dans votre vie, l'un des fameux oursons colorés et gélatineux au goût de fruits ou toutes ses variantes : animaux de la ferme ou encore dinosaures et même flamants roses.

Bonbons qui contiennent du sucre, du sirop de glucose, de l'amidon, des arômes de fruits, des colorants, de l'acide citrique et de la gélatine, mais qui sont tous enrobés à l'extérieur d'une fine couche de cire de carnauba.
Cet ingrédient garantit qu'ils sont brillants et qu'ils ne collent pas les uns aux autres dans l'emballage : un composant que l'on pourrait définir comme accessoire et qui est produit à partir de feuilles de palmier.

Et c'est justement derrière la collecte de ces feuilles que se cachent d'incroyables histoires d'exploitation des travailleurs, au point de parler d'esclavage.

Les révélations sont le résultat d'une enquête menée par la télévision publique allemande Ard dans le programme d'enquête "Vérification de la marque" (Brand control) qui a découvert que la chaîne de production qui amène les ours aux rayons n'est pas si linéaire.

La carnauba est produite au Brésil, en particulier dans des États très pauvres tels que Piaui, Ceara, Maranhao, Bahia et Rio Grande do Norte où les travailleurs, dont beaucoup sont mineurs, sont payés dix à douze dollars par jour pour un travail manuel de 8 heures, contraints de vivent dehors ou dans des camions, sans eau potable ni assainissement.

Mais pas seulement cela, leur vie même est continuellement minée par les outils qu'ils utilisent pour ramasser les feuilles : des faucilles attachées à de longs bâtons. Après la diffusion des images transmises dans le documentaire, la société Haribo serait désormais sous enquête l'exploitation des personnes et des animaux.


Haribo : carnauba et gélatine

Comme nous le savons, les bonbons Haribo sont les plus célèbres au monde, en effet l'entreprise est un leader mondial sur le marché du secteur de la confiserie, mais ce serait le résultat d'un travail à la limite de l'esclavage effectué par des travailleurs qui vivent proche des plantations de cire de carnauba. Ce type de cire se trouve généralement dans l'huile de voiture, le cirage à chaussures et le baume à lèvres.


Tout cela a également été témoigné par un responsable brésilien du ministère du Travail qui avait révélé que ces derniers temps, il y avait eu de nombreuses plaintes concernant l'industrie de la cire de carnauba et que de nombreuses personnes avaient été trouvées travaillant dans des conditions pouvant être qualifiées d'esclavage, avec travailleurs traités pire que des animaux ».

Le problème concerne alors également un autre ingrédient : gélatine à base de graisse animale. L'entreprise de bonbons Haribo s'appuierait, en Allemagne, sur une annonce fermes où les animaux sont entassés les uns sur les autres. Les images parlent d'elles-mêmes : des cochons couverts d'excréments et de blessures et contraints de vivre à côté des cadavres de ceux qui n'ont pas survécu.

Tout cela, précisément pour produire la gelée de bonbons à base d'os de porc. La production de cire et de gelée est gérée par des producteurs qui ont remporté le contrat Haribo : en termes simples, ce sont des sociétés tierces qui vendent les produits à la confiserie.

La réponse d'Haribo

Après la diffusion de l'enquête par le réseau allemand ARD, la réponse d'Haribo est arrivée.

"Nous tenons à souligner que nous sommes extrêmement préoccupés par certaines des images présentées. Les conditions dans les fermes porcines et les plantations brésiliennes présentées sont insupportables. Notre attitude fondamentale à cet égard est la suivante : les normes sociales et éthiques sont indivisibles et non négociables », a déclaré un porte-parole de Haribo.


Une réponse qui laisserait entendre que l'entreprise n'était pas au courant de cette triste réalité, à tel point qu'elle dit avoir envoyé les responsables de leur commission qualitative vérifier les conditions dans les plantations et les fermes, qui fournissent la cire de carnauba et la gélatine.

"Nous sommes l'entreprise qui veut apporter de la joie aux enfants et aux adultes, nous ne pouvons donc pas accepter que nos normes sociales et éthiques soient ignorées", a poursuivi le porte-parole.


Cependant, il y a ceux qui ne croient pas à la bonne foi de l'entreprise, mais sur ce point le dernier mot reviendra à la justice qui enquête pour comprendre à qui incombent les responsabilités.

Malheureusement, ce ne sont pas les seules histoires d'exploitation :

  • LE SCANDALE DES ENFANTS SYRIENNES EXPLOITÉS DANS LES USINES DE VÊTEMENTS : LES ENTREPRISES IMPLIQUÉES
  • VOICI CE QUE DERRIÈRE L'HUILE DE PALME DURABLE : EXPLOITATION DES ENFANTS ET VIOLATION DES DROITS HUMAINS
  • OVETTI KINDER : DERRIÈRE LES SURPRISES SE CACHENT L'EXPLOITATION ET L'ESCLAVAGE (PHOTO)

Dominella Trunfio

ajouter un commentaire de Haribo : les fameux oursons gommeux seraient produits par des ouvriers asservis
Commentaire envoyé avec succès ! Nous l'examinerons dans les prochaines heures.